mardi 16 octobre 2018

"Intimidation" d'Harlan Coben

Dans un bar d'une banlieue huppée du New Jersey, Adam price, un avocat sans histoire, est abordé par un inconnu qui lui souffle que Corinne, sa femme depuis 18 ans, lui a menti sur sa grossesse. Partagé entre inquiétude et sentiment de trahison, Adam décide de découvrir la vérité... Mais jusqu'où peut-on aller lorsqu'on a été trahi par les siens ?

Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas ouvert un roman d'Harlan Coben. Ses thrillers sont toujours assez prenants, même si évidemment ce n'est pas de la grande littérature. Dès le début, on plonge au coeur de l'action et des nombreux rebondissements. Les personnages ne sont pas très crédibles, mais ils ont le mérite de chercher les complications et les problèmes, ce qui donne un scénario à suspense, pour notre plus grand plaisir.

Celui-ci ne déroge donc pas à la règle... une petite lecture sans prise de tête pour cet automne, au coin du feu :-)

lundi 15 octobre 2018

"Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil" de Haruki Murakami

Hajime a connu pour la première fois l'amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n'a pourtant jamais oublié. Aujourd'hui, à l'aube de la quarantaine Hajime est devenu un homme ordinaire et s'est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-san ?

C'est le premier roman de Monsieur Murakami que j'ai entre les mains. J'en avais déjà beaucoup entendu parler, notament avec sa trilogie 1Q84, qu'entre parenthèses, je pensais être futuriste et intergalagtique en raison du titre, mais en fait, il n'en est rien ;-) Pour en revenir à "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil", je dois dire que sa lecture m'a assez bien plu. Depuis quelques temps, j'apprécie de plus en plus la littérature japonaise avec sa simplicité et sa pudeur et ce roman confirme un peu plus cette impression.

Ce n'est pas par son histoire que ce livre se démarque : il raconte la vie assez banale de Hajime, mais plutôt par le ton qui, lui, est particulier : le seul et unique narrateur est le personnage principal. Cela donne un côté intimiste au roman, comme si Hajime profitait d'un tête-à-tête avec nous, ses lecteurs, pour nous raconter les étapes et surtout les rencontres amoureuses de sa vie, depuis le jour de sa naissance jusqu'à aujourd'hui. De plus, ce point de vue unique nous donne une intéressante liberté d'interprétation quant à ce qui se passe dans la vie et dans la tête des autres personnages. Comme dans d'autres romains japonais, le discours est plutôt factuel voire détaché, il s'en dégage néanmoins beaucoup d'émotions, une certaine poésie mais également de la tristesse... Ce roman est tout simplement touchant...

lundi 15 janvier 2018

Bilan de mes lectures 2017

En 2017, je n'ai lu "que" 11 livres. Ce qui est vraiment très peu par rapport aux autres années (22 livres lus en 2016 et 20 en 2015). C'est probablement dû en partie au fait que j'ai lu quelques grosses "briques", comme les 2 Ken Follett (Le Siècle). Rien que ces deux-là m'ont occupée pendant 4 mois ;-)

Cela dit, j'ai déménagé récemment et je prends maintenant le train, ce qui me permet d'avoir une bonne demi-heure (minimum ^^) matin et soir à consacrer à la lecture. Je devrais donc pouvoir reprendre un rythme de croisière :-)

En 2018, je vous souhaite plein de lectures passionnantes, des lectures qui vous feront voyager vers d'autres lieux et d'autres époques, des lectures qui vous toucheront, vous feront rire ou vous feront réfléchir... car il n'y a rien de mieux que les livres pour se sentir vivant :-)

Livre - Temps glaciaires de Fred Vargas

"- La femme du 33 bis ? demanda Adamsberg. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m'emmerdes avec ça à 9h du matin, Bourlin ? D'après les rapports internes, il s'agit d'un suicide avéré. Tu as des doutes ?"

Ça faisait un moment que je n'avais plus lu de Fred Vargas et je m'y suis replongée avec plaisir grâce à "Temps glaciaires" qu'une collègue m'avait prêté.

On y retrouve un Adamsberg qui patine un peu à démêler les fils de son enquête mais qui n'en perd pas pour autant son sens de l'observation et de la déduction. Toujours entouré de son équipe aussi variée que complémentaire, il nous plonge malgré lui dans l'univers de Maximilien Robespierre. En tant que Belge, je me suis rendue compte que je ne connaissais pas beaucoup de détails concernant ce personnage historique. Ce qui n'est en partie plus le cas maintenant, car l'enquête de ce livre flirte avec l'histoire de France et avec les détails sombres de la vie de Robespierre. Pour ma part, j'ai trouvé que cela rendait le récit tout à fait fascinant.

Comme d'habitude, ce roman policier de Fred Vargas est une valeur sûre que je ne saurais que trop vous conseiller.

mercredi 6 septembre 2017

Le secret du mari - Liane Moriarty

Jamais Cecilia n'aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l'enveloppe jaune, quelques mots de la main de son mari : "A n'ouvrir qu'après ma mort". Quelle décision prendre ? Respecter le voeu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ?

Aaah, "Le secret du mari", un best-seller à côté duquel je ne pouvais pas passer ! Recommandé par ma bibliothécaire de soeur, je m'y suis plongée tête la première et je l'ai lu d'une traite jusqu'à la dernière page :-) Inutile donc de vous préciser que je l'ai adoré ;-)

Je suis toujours un peu méfiante par rapport à ce genre de livres, car je crains en général que ça ne soit trop "gnangnan" ou "fleur bleue". Ce n'est donc pas le cas ici. Cela dit, il faut être honnête, c'est une histoire de femmes, écrite par une femme et qui trouvera un écho indénial auprès des femmes (même si, messieurs, cela pourrait aussi vous plaire, car vous êtes tout de même le centre des préoccupations dans ce roman ;-)). 

Est-ce le scénario qui est plutôt sombre ou les personnages qui sont plus complexes qu'on ne le croit, toujours est-il qu'on savoure avec délectation les secrets des uns et des autres et les rebondissements qui s'ensuivent.

Un très chouette roman, vraiment bien ficelé !



lundi 4 septembre 2017

Le Siècle - La Chute des géants (tome 1) - Ken Follett

En 1911, les grandes puissances vivent leurs derniers instants d’insouciance. Bientôt la guerre va déferler sur le monde... Cinq familles - américaine, russe, allemande, anglaise et galloise - vont se croiser, s’aimer, se déchirer, au rythme des bouleversements de l’Histoire: la Première Guerre mondiale et la Révolution russe. 
Après avoir vu tout le monde autour de moi lire cette fameuse trilogie de Ken Follett, je n'ai pas pu résister à m'y plonger. Et quel plongeon ! 

La Chute des géants est le premier tome et retrace toute la première guerre mondiale. Comment tout a commencé, quels pactes et quelles alliances se sont formé(e)s en coulisses, quels acteurs de l'ombre ont été les artisans des bonnes ou mauvaises décisions qui ont été prises. 

À travers le quotidien de plusieurs familles américaines, britanniques, allemandes et russes et de personnages très attachants, l'avant, le pendant et l'après de cette terrible guerre sont décrits avec force détails et réalisme... 

Certains historiens diront peut-être que des faits ont été édulcorés voire omis. Il y a très certainement une part de subjectivité dans ce que Ken Follett veut bien nous raconter et dans sa manière de le faire. Mais indéniablement, autant de faits ayant lieu sur autant de continents avec autant d'intervenants ne peuvent se raconter dans un roman de 1000 pages sans faire l'impasse sur une série d'éléments. Sans quoi, le roman serait 10 fois plus épais. 

Et sans prétendre que ceci est la version parfaitement exacte de ce qui s'est réellement passé, ce livre nous apporte quand même de nombreuses informations, parfois méconnues, sur cette guerre et est un excellent moyen d'en informet et d'y sensibiliser les jeunes (et moins jeunes) générations...

Une lecture prenante, absolument captivante et très émouvante... 

vendredi 1 septembre 2017

Livre - Nature morte de Louise Penny

Un dimanche d'automne, le jour se lève sur le charmant village québécois de Three Pines, et les maisons reprennent vie peu à peu. Toutes, sauf une... La découverte dans la forêt du cadavre de Jane Neal bouleverse les habitants de la petite communauté. Qui pouvait bien souhaiter la mort de cette enseignante à la retraite, peintre à ses heures ?

Je crois que c'est la première fois que je lis un roman policier dont toute l'intrigue se déroule au Canada. Il y avait bien eu "Sous les vents de Neptune" de Fred Vargas, dont une partie de l'histoire se passait au pays des Caribous. Cela dit, ici, on ressent une vraie et profonde authenticité dans la description des lieux et c'est plutôt logique puisque l'auteure est elle-même canadienne anglophone.

Je précise "anglophone", car j'ai lu le livre dans sa version traduite en français et j'ai eu le sentiment qu'il y avait peut-être un petit problème avec cette traduction. Plusieurs fois, les phrases ou les mots choisis semblaient inappropriés, ce qui, pour moi, a induit une impression d'incohérence tant dans le scénario que par rapport aux personnages.

Il s'agit du tout premier roman de cette auteure (d'abord édité sous le titre "en plein coeur"), il y a donc peut-être eu une évolution dans l'écriture et/ou dans la traduction par la suite. Je prévois d'en lire un deuxième, ayant quand même été charmée par l'univers de Louise Penny et par l'efficacité avec laquelle elle nous plonge au coeur de ce magnifique pays qu'est le Canada (je suis allée vérifier par moi-même en juillet dernier et effectivement, ce pays vaut vraiment le voyage :-)).

samedi 15 avril 2017

Photo du Mois # Avril 2017 # À travers

Le thème de ce mois-ci est "À travers", choisi par KK-huète En Bretannie

Et voici ma photo :


Récemment, nous avons passé un week-end dans la jolie ville de Senlis (et visité le superbe Château de Chantilly). Nous logions dans une chambre d'hôte, d'où on avait une vue, à travers la fenêtre, sur l'arrière de l'église de Saint-Aignan, édifice quelque peu mystérieux puisqu'aujourd'hui à l'abandon et interdit au public...

Allons voir les photos "à travers" des autres participants :
 
Calamonique, Lavandine83, Nicky, Mirovinben, Pilisi, Nanouk, Testinaute, Krn, Evasion Conseil, Brindille, El Padawan, Josette, Chat bleu, La Fille de l'Air, Mamysoren, Céline in Paris, E, Je suis partie voyager, Akaieric, Philisine Cave, Philae, Autour de Cia, Lavandine, Danièle.B, Kellya, Laulinea, Christophe, KK-huète En Bretannie, Tuxana, DelphineF, Josiane, Xoliv', Luckasetmoi, Eurydice, Pichipichi Japon, Sous mon arbre, magda627, Escribouillages, Natpiment, Angélique, Giselle 43, Tambour Major, Chiffons and Co, Lyonelk, Amartia, Pat, Renepaulhenry, Lilousoleil, François le Niçois, J'habite à Waterford, Who cares?, Gine, Blogoth67, BiGBuGS, La Tribu de Chacha, Aude, The Beauty is in the Walking, Paul Marguerite, Lau* des montagnes, CécileP, La Suryquoise, Gilsoub, Carolyne, Morgane Byloos Photography, Alexinparis, Laurent Nicolas, Alban, Frédéric, écri'turbulente.

mardi 14 mars 2017

Livre - Luz ou le temps sauvage d'Elsa Osorio

Après 20 ans d'ignorance puis de quête, Luz a enfin démêlé les fils de son existence. Elle n'est pas la petite-fille d'un général tortionnaire en charge de la répression sous la dictature argentine ; elle est l'enfant d'une de ses victimes. C'est face à son père biologique, Carlos, retrouvé en Espagne, qu'elle lève le voile sur sa propre histoire et celle de son pays. 

Ce roman m'a été conseillé par mon collègue Springy et je dois dire que c'était une très bonne découverte. L'histoire est terriblement prenante, touchante et dure à la fois. Ce roman permet de prendre cruellement conscience d'une période assez récente (c'était il y a moins de 40 ans) mais sombre de l'histoire de l'Argentine. 

Les personnages principaux et notamment Luz, l'héroïne, sont très attachants. On se prend évidemment très vite d'amitié pour elle et pour tous les "gentils" de l'histoire, plutôt malmenés et de manière souvent tragique par leurs tortionnaires... 

Les premiers chapitres du roman ne sont pas très faciles à appréhender, car l'histoire mélange en continu le récit de Luz à son père retrouvé et les échanges qu'ils ont tous les deux au fur et à mesure. Mais très vite, on identifie les différents personnages et on plonge complètement dans l'histoire.

Un livre dont on ne sort pas indemne mais que je recommande fortement...